Préparer son départ à l’étranger

Le choix du pays

Pour mon premier article, j’ai décidé de vous parler de la plus grande des aventures qui m’a été donné de vivre : partir vivre à l’étranger. 

En Avril 2019, j’apprenais que j’allais partir vivre 1 an en Norvège. 1  année scolaire, 2 semestres, 10 mois, 300 jours, 7 200 heures. Je ne voulais faire que ça de ma vie, c’était mon seul objectif. Je voyais mes ami(e)s passer des concours, faire des voeux, passer des entretiens, et moi mon seul objectif était de partir. Ce choix m’est venu tout naturellement, non pas par manque “d’idées” d’études mais simplement pour vivre quelque chose d’incroyable. Je le dois beaucoup à ma Maman, à son expérience aux Etats Unis dont elle me parlait si souvent avec des étoiles dans les yeux. Je voulais vivre ça, moi aussi, une expérience unique en son genre dont je pourrais parler avec ces étoiles dans les yeux. C’était clair et net dans ma tête, après mon DUT je partirais 1 an à l’étranger. 

C’est en Janvier 2019 qu’il a fallu que je choisisse dans quel pays j’allais partir. J’aurai aimé vous raconter que ça c’est fait de manière hyper stylé, que j’ai fermé les yeux, fais rouler le globe et POUF la destination. Non, non, non désolée… moi aussi j’aurai aimé que ça se passe comme ça. J’ai dû choisir entre une vingtaine de destinations et (ça par contre c’est vrai) la Norvège est apparu comme une évidence. Il y avait pleins de destinations : Royaume Uni, Espagne, Portugal, Irlande, Russie, République Tchèque et j’en passe. Mais tous ces pays, j’ai eu soit l’occasion d’y faire une petit tour soit l’occasion se présentera. Alors que la Norvège, je n’ai jamais eu l’occasion ni même l’idée d’y aller. D’autant plus que ce n’est pas n’importe ou en Norvège, je postulais à The Arctic University of Norway. Welcome le froid glacial, les ours polaires et les aurores boréales (Northern Lights en anglais) parce que cette université est située à Harstad, en Laponie Norvégienne. C’est la que le déclic c’est fait. Je voulais vivre une expérience unique et inoubliable, je savais d’avance que la Norvège me l’offrirait. Ca a été mon premier choix et les autres étaient relayés au plan B voir même Z ! Je voulais la Norvège, je l’ai eu et j’en suis si fière. Il  c’est avéré par la suite que j’étais le seule et unique personne de l’université à avoir postulé pour la Norvège. Beaucoup de pression pour zéro concurrence, c’est moi tout craché. 

Et me voilà partie pour Harstad, Norvège.


Préparer son voyage

A peine le coup de téléphone passé à mes parents (au bord des larmes j’avoue), que j’étais déjà entrain de regardé les billets d’avion. 

Sans hésitation la partie que j’ai préférée. Organiser les voyages, qu’est ce que j’aime ça, l’excitation mélangée au stresse avec une pointe d’adrénaline ! Les préparatifs ont été si rapides à faire, c’était génial mais en même temps trop rapide (tu me suis ?). 

Première étape :  les billets d’avion. Ca n’a pas été bien compliqué étant donné que la seule compagnie aérienne qui dessert Charles de Gaulle et Narvik est Norwegian Airlines. Tu sais c’est le fameux avion tout blanc avec le nez rouge qu’on voit souvent sur les tarmak ? C’est ça Norwegian Airlines. Nous (moi et ma petite famille) avons décollé le 10 Août 2019, donc autant te dire que les billets d’avion en pleins mois d’Août ne sont pas donnés. Pour moi c’était un aller simple avec une valise en soute, soit environ 185€. Il faut savoir qu’il n’y a pas d’avion direct de Charles de Gaulle à Harstad/Narvik, tu seras obligé de passer par la case Oslo-Gardermoen. 

Deuxième étape : le logement. Voilà l’un des plus grands avantages qu’il y a à partir en Erasmus dans une université partenaire. Ma recherche d’appartement à été très rapide : l’université d’accueil m’a envoyé un lien avec les logements disponibles sur Harstad, j’ai fais une demande, elle a été acceptée. Ca n’a pas été plus compliqué. Comme je te le disais, partir dans une université partenaire de la tienne est très avantageux. Par exemple, moi à  Harstad, l’université m’a énormément aidé que ce soit dans la sélection ou les démarches administratives. Pour ce qui est du logement, l’université m’a transmit le lien de leur site de résidences étudiantes ou, comme je te le disais, je n’ai eu qu’à candidater pour une chambre et hop, le tour est joué. Pour ce qui est des démarche administrative, je n’ai eu qu’à fournir mon Learning Agreement (mon dossier Erasmus) et l’université à fait le reste. Moi une grande assistée ? NOOON absolument pas, je ne vois pas de quoi tu parles.

Troisième étape : acheter un guide et un sac à dos. Ce fut le cadeau de mes 20 ans : le Lonely Planet Norvège et un super sac à dos de randonnée Décathlon (bleu EDF pour ne pas qu’on me perde).


Préparer sa valise

Sans doute la partie la plus compliqué à faire : faire sa valise pour 1 an.  6 mois en réalité, mais bon quand même ! 

Préparer sa valise c’est quand même quelque chose, c’est la que tu commences à réaliser ce que tu t’apprêtes à faire. Il faut prévoir de quoi t’habiller pendant 1 an, j’ai vu ça comme un mini déménagement. Même si je savais que je reviendrais pour les fêtes de fin d’année, il fallait quand même prévoir pour l’année , pour 4 saisons. Il fallait prendre du chaud, du léger, du confort mais un peu stylé quand même. J’ai eu l’impression de mettre toute ma vie dans cette valise.

 Je ne connaissais absolument pas le climat norvégien avant d’y mettre les pieds, même si on m’a sorti des phrases du style “fais gaffe apparement il fait -20 l’hiver”, “l’été il fait 25 degrés donc prend du léger”, et j’en passe. Aujourd’hui, je peux vous dire que oui l’été il fait “chaud”, durant le midnight sun nous avons eus entre 20 et 25 degrés. ET oui je peux aussi te dire que l’hiver ça caille mais pas tant que ça, pour l’instant je n’ai eu que de -10 au maximum. C’est un froid sec, bien plus agréable à vivre, et avec un bon jean, un bon pull et une bonne parka tu ne le sens même pas !

Pour te résumer très vite fais ma valise, elle était composé de : 45% de pulls, 20% de pantalons/jeans, 15% de jupes, 5% t-shirts, et puis les 15% restant c’était des chaussures. En chaussures, je vous avoue que j’ai complètement craqué : 2 paires de baskets, mes Dr Martens (increvables, elles me suivent partout depuis plus d’1 an et demi) et mes Ugg. Je me suis clairement dit que si je ne les mettais pas en Norvège je ne les mettrais jamais, et figure toi que je les porte très souvent. Je les ai bien imperméabilisées avant de partir et elles résiste plutôt bien à la neige. Pour ce qui est des pantalons, j’aurai pu me contenter de 2 ou 3 jeans et non d’autant et tant donné que je mets aussi beaucoup de jupe. Ah oui au fait, les collants pour partir en Norvège c’est PRI-MOR-DIAL. Que ce soit pour les jupes ou sous les jeans, crois moi ça sert toujours. C’est l’un des incontournable à mettre dans sa valise. 

Au final, ça n’a pas été si compliqué à faire : une bonne organisation et une bonne sélection et hop le tour est joué. Mais bon, comme je te le disais, c’est à ce moment la que j’ai réalisé ce que je faisais, ce qui m’attendais. 

Et c’est là que la panique a commencé.


Se préparer psychologiquement

Oui c’est là que la panique a commencé. Je suis quelqu’un qui demande une grande préparation psychologique pour tout ce que j’entreprends, et là, c’était la plus grande aventure de ma vie. 

Comme je te le disais, j’ai décidé toute seule comme une grande de partir étudier 1 an à l’étranger. Mais il y a une petite partie de moi qui n’y était pas de tout, mais alors PAS DU TOUT préparée. A 3 semaines du départ, j’ai fais ma première crise d’angoisse. Je n’en avais jamais faite avant, étant pourtant quelque de très stressée de nature. Ca m’a pris sur mon lieu de travail, en plus. Comment vous expliquer… Il était 8h du matin, je travaillais comme conseillère de vente chez Décathlon et tout d’un coup je me suis sentie toute bizarre. Incapable de bouger, de respirer et une grande envie de pleurer. J’étais tétanisée, au milieu de mon rayon maillot de bain a 1h de l’ouverture du magasin. Je suis allée m’asseoir discrètement en bout de rayon, j’ai respiré profondément, mais j’étais incapable d’y retourner. J’ai bu un coup et 10 – 15 minutes après s’était passées. J’en ai refait une 3 ou 4 jours après en rentrant chez moi. Les mêmes sensations : tétanisée, en pleurs et incapable de respirer ou de bouger. C’est à ce moment la que j’ai compris que le départ allait être plus compliqué que prévu. 

Je n’en ai pas forcément parlé de ces crises, je voyais tout le monde autour de moi m’encourager à partir, me dire que l’expérience allait être exceptionnelle et que je n’allais pas voir ce premier semestre passer. Mais tu sais, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Je ne connais personne mis à part ma maman qui soit parti 1 an en laissant énormément de chose derrière lui. Puis c’était quand même, et ça restera, la plus grande aventure de ma vie, seule. Parce que oui, je suis partie seule. Et ça aussi ça fait un choc. Oui mes parents m’ont accompagnée en Norvège, j’ai passé 10 jours avec eux mais après j’étais seule. 

J’ai réalisé tout ça le jour de ma première crise d’angoisse. J’avais l’impression de me prendre une grande claque, mais positivement. Je me suis donc préparée psychologiquement à partir vivre seule en Norvège. Je me suis beaucoup parlée, je me suis encore plus écoutée et surtout j’ai profité énormément de mes dernières semaines française. Et aujourd’hui, avec énormément de recule, je suis si heureuse d’être partie. Je ne regrette absolument rien, je crois que c’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Oui, toi derrière ton écran tu dois te dire que j’en fais des caisses, mais non je te jure c’est une expérience en or que je recommande à tout le monde. Ca fait peur, mais ça en vaut le détour. 

Voilà, je crois que je t’ai tout dit concernant la préparation de cette grande aventure.

Publié par Brainy Blonde

Blogueuse en herbe, passionnée de mode et de voyage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :